Raisons pour investir en Algerie (mise à jour Avril 2017)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une stabilité économique

  • Une stabilité économique (chiffres pour 2016)

    • PIB: 160 milliards de dollars
    • PIB par habitant :4.000  dollars
    • Taux de croissance réel de PIB: 4 %  (Source ONS)
    • Le taux de croissance réel du PIB hors hydrocarbures : 5,5 (Source ONS).
    • Dette extérieure: 3 milliards de dollars
    • Réserves de change : 114 milliards de dollars

     

 

05 secteurs prioritaires à développer


1- Industrie
 :

  • 13 filières stratégiques :
  1. la sidérurgique et la métallurgique, 
  2. les liants hydrauliques, 
  3. l’électrique et l’électroménager,
  4. la chimie industrielle,
  5. la mécanique et l’automobile,
  6. la production pharmaceutique, 
  7. l’aéronautique et la construction et la réparation navale,
  8. la technologie avancée,
  9. l’industrie agroalimentaire,
  10. le textile et l’habillement,
  11. les cuirs et produits dérivés,
  12. le bois et l’industrie du meuble,
  13. les mines  
  • Développement de la sous-traitance.

2-Tourisme:

  • La valorisation de la Destination Algérie ;
  • La mise en place d’un plan Qualité Tourisme (PQT) 
  • Le développement et  la qualification de  l’offre par l’investissement dans les pôles et villages touristiques d’excellence ;
  • Le partenariat public-privé pour conforter la chaîne touristique ;

3- Agriculture:

S’articule principalement autour du soutien permanent de la sécurité alimentaire et le développement des zones rurales.


4-Energies Renouvelables et de Efficacité Energétique :

Pour l’installation d’une capacité de 22000MW d’ici 2030 dont 4500 MW d’ici 2019. Ce programme concerne le solaire, le thermique, la biomasse et l’éolien.

5-Technologies de l’information et de la communication :

Qui porte sur le développement de l’économie numérique, des parcs technologiques, l’introduction de la monétique et du e-services, la  sécurisation des données et bases de données, etc.

 

 

 

Des infrastructures solides, fonctionnelles, modernes et aux normes internationales

 

Routes 112 039 Km de routes et autoroutes (40ème réseau au Monde, 3ème en Afrique) dont 29 573 km de routes nationales.

Aéroports36 aérodromes dont 16 internationaux.

Ports: 45 infrastructures maritimes dont 11 ports  de commerce, 2 ports pétroliers, 31 ports de pêche, un (01) port de plaisance et 2200 feux de signalisation maritime,

  • Plus de 53 Km de jetées ;
  • Plus de 59 Km de quais plus appontements ;  
  • Plus de 1 500 Ha de surface de plan d’eau ;
  • Plus de 790 Ha de terre-pleins ;
  • 31 appontements pétroliers et gaziers.

Réseau ferroviaire : 4498Km de réseau ferroviaire dont 3854 km de lignes exploitées, et 2.380 autres en voie de construction ;

  • Trois (03) ensembles:

    • La rocade nord à voie normale reliant Annaba, Constantine, Alger, Oran avec ses prolongements aux frontières Est (Tunisie) et Ouest (Maroc). 
    • La ligne minière avec ses embranchements desservant les gisements miniers: le Fer à Ouenza et Boukhadra et le Phosphate à Djebel Onk.
    • Des pénétrantes en direction des hauts plateaux et du sud et une rocade des hauts plateaux reliant les villes de Tébessa/Ain-Mlila/Ain-Touta/M'sila. Aux quels viennent s'ajouter les embranchements particuliers.

  • Longueur des lignes en exploitation 3750Km0
  • Longueur des lignes en double voie 553Km
  • Longueur des lignes en voie unique 3217Km
  • Longueur des lignes électrifiées 323Km
  • Nombre de gares en exploitation 175
  • Nombre de haltes en exploitation 215
  • Un (01) métro à Alger d’une longueur de 9,5 Km avec trois extensions d’une longueur totale de 9,4 Km en cours de réalisation.
  • 03 tramways (Alger, Oran et Constantine) et 04 tramways en cours de réalisation (Ouargla, Sidi Bel Abbes, Sétif). 
  •  Voitures voyageurs : 416
  •  Wagons : 10 873
  •  Automotrices Electriques : 64
  •  Autorails Diesel : 17
  •  Locomotives Diesel : 261
  •  Locomotives Electriques : 14

Une main d’œuvre qualifiée, jeune et compétitive

 

  • Un gisement important 
  • 5.5 % du PIB à l’éducation 
  • 6,24 % du budget de fonctionnement de l’Etat alloué à l’enseignement supérieur 
  • 86 % de taux d’alphabétisation
  • 63,6 % de la population algérienne en âge de formation chaque année
  • 96 % de taux de scolarisation
  • 2 500 000 diplômés depuis 1962, issus de 97 universités, 10 centres universitaires, 20 écoles nationales supérieures, 7 écoles normales, 12 écoles préparatoires.  
  • 1,5 millions d’étudiants dont 35000 inscrits en formation doctorale et 90000 dans le Master.
  • près de 643.700 inscrits en formation professionnelle dont 200 000 (en moyenne) diplômés, issus de 1213 établissements (instituts et centres) 

 

Des coûts des facteurs de production compétitifs

 

- Energie:

  • Gaz naturel: 0,21 à 0,40  euros / thermie

  • Electricité : 1 à 4 centime euros / KWh en moyenne

- Salaire : 180 à 900 euros (Le SMIG est fixé à 180 euros)

- Essence super : 0.30 euros/L, Gas Oil : 0.17 euros/L

 

 

Des mesures d’encouragement à l’investissement

 

-   des avantages fiscaux et parafiscaux importants pouvant aller jusqu'à 10 ans d'exonération, selon la localisation et l'importance du projet (TVA, DD, DM, DC, IBS, TAP, TF)

     Et d'autres avantages additionnels :

  • Le remboursement partiel ou total des dépenses liées aux travaux d’infrastructures dans le cadre du régime dérogatoire des zones
  • L’allègement des charges patronales de cotisation à la sécurité sociale pour le recrutement des jeunes demandeurs d'emploi
  • La concession de terrains de gré à gré, sur des périodes de 33 ans renouvelables et donnant lieu aux mêmes droits réels découlant des cessions
  • La réduction sur le prix de la redevance locative sur les assiettes foncières et biens immobiliers acquis dans le cadre de la réalisation de l’investissement 
  • Des exonérations fiscales et parafiscales durant toute la durée de vie du projet pour les projets exportateurs.
  • Exonération temporaire pour 5 ans, de l’IBS, l’IRG et de la TAP et bonification de 3% du taux d’intérêts applicable aux prêts bancaires, octroyées aux investissements réalisés dans certaines activités relevant des filières industrielles sidérurgiques et métallurgiques, des liants hydrauliques, Electriques et Electroménagers, Chimie industrielle, Mécanique et automobile, Pharmaceutiques, aéronautique, construction et réparation navales, technologies avancées, industrie agroalimentaire, textiles et habillement, cuirs et produits dérivés, bois et industrie du meuble.
  • Exonération de la TVA, des droits de douanes, de taxe d’effet équivalent ou de toute autre imposition pour les équipements nécessaires aux investissements réalisés par les entreprises du secteur industriel, dans le domaine de la recherche et développement.
  • Réduction de 50% de  l’IRG ou de l’IBS, dans le droit commun pour les personnes physiques et morales, activant et fiscalement domiciliées dans les Wilayas d’Illizi, Tindouf, Adrar et Tamanrasset, et ce, pour une période de 05 ans à compter du 1er janvier 2015.
  • Prise en charge par l’Administration du Trésor Public, des intérêts bancaires des investissements réalisés par les entreprises du secteur industriel destinés à l’acquisition de la technologie et sa maîtrise en vue de renforcer le taux d’intégration industrielle de leurs produits et leur compétitivité.
  • Prorogation jusqu’au 31 Décembre 2019, de l’application du taux réduit de droit de douane aux acquisitions d’équipements et d’ameublements non produits localement selon les standards hôteliers et rentrant dans le cadre de modernisation et de mise à niveau en application du « Plan de Qualité Tourisme Algérie »-La liste des équipements et ameublements concernés est fixée par l’arrêté interministériel du 2 Mars 2014.
  • Réduction des charges de cotisation à la sécurité sociale (recrutement des jeunes demandeurs d'emploi):
    • Nord: 56% à 80%
    •  Hauts plateaux et Sud: 72% à 90%

 

Des aides en matière de financement à travers les banques publiques


- Des taux d’intérêt à 5,5 %

- Des bonifications de 2%, pouvant aller à 4.5 % (projets dans le tourisme au Sud)

- Un réseau de 29 institutions bancaires et financiers, dont :

                 * 14 Banques privés, 6 publics et 9 établissements  financiers

                 * 11.400 milliards de DA en 2017 de crédits à l'économie.

- L’existence de sociétés de Leasing

- Disponibilité des fonds d’investissement

      * FNI : participation à hauteur de 34 % dans les grands projets

      * 05 Fonds d’investissements couvrant tout le territoire:   participation jusqu’à 49% dans le capital des PME.

- Possibilités de recours aux institutions de garantie financières : la Caisse de Garantie des Crédits à l’Investissement CGCI, le Fonds de Garantie des Crédits aux PME FGAR.

 

 

Une intensification des accords de protection et d'arbitrage international

 

  • Adhésion aux conventions internationales de protection des investisseurs, relatives aux garanties et à l’arbitrage internationales ;

  • Signature de 48 conventions et accords bilatéraux relatifs à la promotion et la protection réciproque des investissements.

  • Signature de 65 conventions et accords bilatéraux de non double imposition (source DGI)


© 2013 ANDI   |   Route Nationale N° 5 Cinq Maisons , Mohammadia Alger   |  Tél : 021 52 20 14 - 021 52 20 15                                                Plan du site