Plus d'articles :

                       cliquez ici

  Revue de presse
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les dossiers économiques et de la relance de l’industrie domineront les travaux de la tripartite

ALGER - La réunion jeudi à Alger de la tripartite (Gouvernement-UGTA-Patronat), sera largement dominée par les questions économiques et ouvrir la voie à une stratégie de relance de l’économie algérienne, notent les observateurs à la veille de cette rencontre.

L’agenda de cette réunion portera ainsi sur l’examen des moyens à même de consacrer le développement économique et de promouvoir les investissements en Algérie, notamment à travers la création de nouvelles unités industrielles publiques, privées et mixtes.

Représentants du gouvernement, de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et des associations patronales vont se pencher donc sur l’élaboration d’une charte contenant les grandes orientations de l’économie nationale comme préconisé récemment par le Premier ministre Abdelmalek Sellal.

A l’issue de la tripartite, "nous ambitionnons d’aboutir à une charte, quelles que soient les circonstances", avait insisté M. Sellal lors de ses multiples sorties médiatiques, en ajoutant que "le plus important est d’aboutir à cette charte en toute objectivité pour consacrer un développement qui profitera à l’Algérie".

De nouvelles mesures pour encourager l’investissement viennent d’être introduites dans le cadre du projet de loi de finances pour 2014. Ces dispositions adoptées en Conseil des ministres, portent sur des facilitations pour les projets d’investissements dans les wilayas du sud.

En effet, les jeunes promoteurs et les chômeurs de ces wilayas éligibles aux dispositifs Ansej, Cnac et Angem bénéficieront, en matière d’IRG, IBS et de la TAP, d’une prorogation à 10 ans de la période d’exonération fiscale.

Les investissements déclarés en Algérie ont plus que doublé durant le premier semestre 2013 pour atteindre 856,7 milliards de DA (11,2 milliards de dollars) contre 411,6 milliards de DA à la même période en 2012, en hausse de 108%, selon le dernier bilan de l’Agence nationale de développement des investissements (ANDI).

 

Renforcer et promouvoir l’entreprise

Moteur de toute action de développement économique, l’entreprise sera ainsi au coeur des débats qui seront axés tout particulièrement sur l’environnement institutionnel et économique dans lequel évolue l’entreprise industrielle algérienne.

Le président de la République avait souligné lors du dernier Conseil des ministres que cette tripartite ’’sera consacrée à la dynamisation du développement économique national’’, un développement ’’fondé sur le renforcement du cadre de promotion de l’entreprise nationale qui constitue la source première de création de richesse, d’emploi et d’impulsion de la croissance’’.

"Ces assises devront permettre, par ailleurs, le renforcement des vertus du dialogue et de la concertation entre l’ensemble des acteurs concernés par l’oeuvre de renouveau de la sphère productive du pays’’ a-t-il indiqué.

La nouveauté pour cette réunion, qui doit durer deux jours et consacrée au dialogue social, est la présence d’experts en économie.

La tripartite constitue, pour l’UGTA, une occasion pour plaider pour la relance de l’industrie et de la production nationale. Selon M. Sidi Said, Secrétaire général de la centrale syndicale, ’’il est nécessaire de promouvoir la production nationale’’ afin de réduire la forte dépendance des hydrocarbures.

"Il est nécessaire de promouvoir la production nationale pour pouvoir réduire la dépendance de l’économie des hydrocarbures et, par conséquent, mettre en place une offre abondante qui va se substituer à l’importation", avait affirmé M. Sidi Saïd.

Les associations patronales comptent de leur côté soumettre lors de cette réunion des mesures destinées à représenter des solutions à toutes les difficultés et entraves que rencontrent les chefs d’entreprises algériennes dans la conjoncture actuelle.

Ainsi, le patronat présentera "deux documents bien distincts", l’un sur la politique économique générale du gouvernement et l’autre sur les difficultés que rencontrent les chefs d’entreprises, avait indiqué à l’APS Réda Hamiani Président du Forum des chefs d’entreprises (FCE).

Le premier document porte sur "la doctrine et politique générale du gouvernement" alors que le second document contenu dans le projet de plate forme des recommandations à formuler par les organisations patronales sera, quant à lui, "plus opérationnel et comprend notamment des exposés sur le climat des affaires, le poids de la bureaucratie, le marché informel, le financement de l’économie et la diminution des importations", a précisé M. Hamiani.

Même si les dossiers économiques vont se tailler ’’la part du lion’’ lors de cette réunion, les questions sociales devraient aussi figurer en bonne place à l’ordre du jour des travaux de cette réunion, selon des syndicalistes.

(APS) mercredi 9 octobre 2013

 

© 2013 ANDI   |   01 rue kaddour rahim, Hussein Dey  (Alger).  |  Tél : 021 77-48-02 - 021 77-48-11                                                Plan du site