Plus d'articles :

                       cliquez ici

  Revue de presse
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Rahmani réaffirme à Paris la volonté du gouvernement à améliorer le climat des affaires en Algérie

PARIS - Le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’Investissement, Chérif Rahmani, a réaffirmé mardi à Paris l’engagement de l’Algérie à améliorer le climat des affaires pour les investisseurs tant nationaux qu’étrangers.

’’Nous sommes convaincus que les pays qui ont réussi sont ceux qui ont amélioré leur climat des affaires. Nous voulons le faire parce que cela est aussi important que l’amélioration des infrastructures’’, a-t-il déclaré à l’ouverture d’une journée consacrée au partenariat avec l’Algérie, organisée au siège d’Ubifrance.

M.Rahmani a souligné la nécessité de privilégier l’investissement à long terme. ’’L’acte libre d’investir est un pari sur le futur, se base sur l’anticipation et appelle la certitude et la sécurité’’, a-t-il dit.

La ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, et Jean-Pierre Raffarin, Vice- président du Sénat, ancien Premier ministre et représentant spécial du Président français pour les relations économiques entre l’Algérie et la France, participent à cette rencontre. L’Algérie, a ajouté le ministre, est ’’déterminée à garantir la visibilité et l’égard institutionnel à tous les investisseurs, sans discrimination’’.

’’Notre engagement privilégie, sans détours, la stabilité institutionnelle, légale et réglementaire, la cohérence, la transparence et ne discrimine ni le privé, ni le public’’, a-t-il affirmé, signalant que le gouvernement oeuvre à créer un climat incitatif à l’investissement et aux affaires.

’’Là aussi, notre conviction est qu’un mauvais climat baisse la compétitivité et affaiblit la production’’, a assuré le ministre, qui a rappelé l’installation, le 10 mars dernier, d’un Comité national d’amélioration de l’environnement des affaires.

Pour lui, ce comité des affaires auquel est associée la Banque mondiale, est ’’le témoin et l’accompagnateur de cet engagement et illustre la volonté du Gouvernement’’ à mettre à £uvrer dans cette voie.

M.Rahmani a évoqué un troisième engagement des pouvoirs publics algériens, celui de transformer ’’en profondeur’’ la gouvernance et être plus près du territoire et de l’entreprise.

’’L’Algérie et la France ont tout intérêt à se mettre en réseaux dans des marchés intégrés pour investir des segments de la chaine de valeurs et se positionner sur leurs marchés, mais aussi sur ceux de proximité, et, pourquoi pas demain, sur les marchés de l’Afrique sub-saharienne’’, a-t-il ajouté.

M. Rahmani est en visite de travail en France, à l’invitation de la ministre du Commerce extérieure, Mme Nicole Bricq. Après son intervention à l’ouverture officielle de la journée consacrée aux partenariats en Algérie, il a eu des entretiens avec Mme Bricq et M.Raffarin.

Il devait dans l’après-midi rencontrer le secrétaire général de la présidence française, M. Pierre-René Lemas.

Mercredi, la délégation ministérielle algérienne rencontrera un panel d’entrepreneurs et d’hommes d’affaires au siège du Medef (Patronat), avant d’avoir des entretiens avec le ministre du Redressement productif, M. Arnaud Montebourg.

La France est le premier partenaire commercial de l’Algérie avec 12,8% de parts de marché en 2012, et est le quatrième client commercial de l’Algérie avec une part de 8,2 % de ses exportations.

Les échanges entre les deux pays ont atteint le montant record de 12,8 milliards de dollars en 2008, puis ont reculé à 10,5 milliards de dollars en 2010 et conservé presque le même chiffre en 2011.

(APS) mardi 2 avril 2013

 

© 2013 ANDI   |   Route Nationale N° 5 Cinq Maisons , Mohammadia Alger   |  Tél : 021 52 20 14 - 021 52 20 15                                                Plan du site