Plus d'articles :

                       cliquez ici

  Revue de presse
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les opportunités d’investissement en Algérie thème d’une rencontre à Londres

LONDRES - "L’Algérie, opportunités illimitées" est le thème d'une rencontre qui s’est tenue lundi à la Bourse de Londres, haut lieu de la finance mondiale, dans le but d’explorer les opportunités d’investissement en Algérie et de promouvoir la coopération algéro-britannique.

La journée, organisée par la compagnie de consulting UCI international (UCII), avec le soutien du gouvernement britannique et l’ambassade d’Algérie à Londres, a regroupé des entreprises et hommes d’affaires britanniques de divers secteurs d’activité intéressés par le marché algérien ainsi que des responsables et hommes d’affaires algériens venus apporter un éclairage pratique sur le climat des affaires en Algérie.

A cette occasion, les opérateurs économiques britanniques ont pu s’imprégner des potentialités du marché algérien et ont noué des contacts d’affaires avec leur vis-à-vis algériens.

Le représentant de UCII, Kevin Mulhany, a  souligné l’importance du nombre des projets d’investissement en Algérie, qui a quadruplé depuis 2012, atteignant les 9.000 projets en 2013, d’après les chiffres de la Banque mondiale.

"L’Algérie n’est pas un pays émergent, mais un pays émergé", a-t-il dit, invitant les investisseurs britanniques à en tirer bénéfice.

Pour sa part, l’ambassadeur d’Algérie à Londres, Amar Abba, a fait remarquer que les échanges commerciaux entre les deux pays sont passés de deux à huit milliards de dollars entre 2010 et 2013, permettant au Royaume-Uni de se hisser de la 13ème place en 2010 à la 5ème actuellement parmi les partenaires commerciaux de l’Algérie.

M. Abba a évoqué la dynamique que connaissent les relations algéro-britanniques ces dernières années, avec des rencontres ministérielles nombreuses, un dialogue stratégique sur les questions de sécurité, engagé après la visite du Premier ministre David Cameron en Algérie en janvier 2013 et une reprise de la diplomatie parlementaire en 2012, avec la création d’un groupe d’amitié au Parlement britannique.

Il a également souligné l’effort des deux parties pour approfondir la coopération en matière d’éducation qui s’est traduite par l’ouverture d’écoles de langue anglaise, en relevant la qualité de la coopération dans le domaine de la santé publique, notamment dans la lutte contre le cancer.

L’ambassadeur d’Algérie a enfin souligné les efforts des pouvoirs publics n Algérie et de la représentation diplomatique à Londres pour lever toute entrave susceptible de ralentir l’élan pris par la coopération et pour faciliter davantage l’investissement en Algérie, citant à ce sujet l’amélioration  et l’accélération de la procédure d’octroi des visas d’entrée aux hommes d’affaires.

Le représentant du Premier ministre, Lord Risby a, pour sa part, réaffirmé "la détermination du gouvernement au plus haut niveau" à faire avancer davantage les relations de partenariat avec l’Algérie, "pays remarquablement stable et qui devrait le rester".

De même qu’il a encouragé les hommes d’affaires britanniques à contribuer au succès de ce partenariat, citant quelques domaines hors hydrocarbures, où des entreprises britanniques sont déjà engagées.

Il a rappelé à ce propos la conclusion d’un accord de coopération dans le domaine spatial, la concrétisation de projets dans le secteur pharmaceutique et dans la production de lait dans le Sud.

Lors de cette rencontre d’affaires, plusieurs communications ont été présentées dont celle de Ahmed Mecheraoui, conseiller du ministre de l’Energie et des Mines, sur les opportunités offertes par le secteur de l’énergie et Safia Kouiret, directrice d’études à l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), sur la législation algérienne en matière d’investissement et la nature des projets de partenariat recherchée par l’Algérie, à savoir ceux qui permettent un transfert de technologie et de connaissance.

APS, mercredi, 12 février 2014

© 2013 ANDI   |   Route Nationale N° 5 Cinq Maisons , Mohammadia Alger   |  Tél : 021 52 20 14 - 021 52 20 15                                                Plan du site