Bilan des réalisations des investissements-Période 2002-2012 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Methodologie d'approche

 En vue de renforcer par l'Agence  la mission de "Suivi", il fut lancé dés l'entame de 2008 à titre de test et diagnostic une opération portant sur une enquête exhaustive concernant le bilan global des états d'avancement des projets d'investissement déclarés et dont le champ d'observation porte sur la période 2002-2008.

Le choix de cet intervalle temporel n'est pas fortuit et a été décidé en fonction de la chronologie des textes instituant le passage de l'ex APSI à l'ANDI en fin 2001  et également les amendements apportés en  2006 à l' Ordonnance 01-03 permettant ainsi de mesurer les effets du dispositif et de tirer éventuellement les enseignements en matière de correctifs à apporter au processus du " Suivi" en interne mais également en externe avec les autres acteurs  et ce en vue d'en limiter voire atténuer les dysfonctionnements organisationnels.  Cette enquête a nécessité un travail d’équipe laborieux basé sur le croisement de plusieurs bases de données pour mettre en lumière les résultats d’une manière aussi affinée que réaliste.

Pour cela, les données des GUDS furent corrélés à plusieurs niveaux (Registre de Commerce, Impôts,  déclarations d’investissements, états d’avancement, etc...) et ce en vue d’apporter une cohérence aux travaux de collecte des données en accord avec les services du Suivi et de la coordination des GUDS de l’Agence  qui ont permis d’assurer un monitoring et une traçabilité des dossiers d’investissements et une présentation exhaustive des réalisations en matière d’investissement.

Aussi, l’analyse des données va être plus orientée sur les grandes tendances d’évolutions enregistrées durant la période retenue 2002 à 2012.

Il va sans dire que les consolidations apportées à ce bilan exhaustif des réalisations est sans conteste plus proche de la réalité et le bilan est arrêté à juin  2013.

Ces résultats furent présentés à l'occasion de la journée d'information organisée par l'ANDI à l'endroit des autres administrations partenaires  (Services des Impôts, Douanes et CNRC) en vue de les sensibiliser sur les enjeux que comporte une telle opération qui nécessite une collaboration participative et continue conformément aux dispositions de l'ordonnance n° 06-08 du 15 juillet 2006.

Chiffres clés

 

L’observation lancée durant le mois de juin 2013 sur le niveau des réalisations des projets d’investissements déclarés au niveau de l’ANDI durant la période 2002-2012 fait ressortir les données suivantes :

Données sur les résultats de l’observation.

On dénombre sur un total de réponses (35.177 projets)  les résultats suivants :

  • 32.004 projets réalisés soit 91% de l’ensemble
  • 2.580 projets non entamés soit 7%
  • 593 projets abandonnés soit 2%

Données sur les réalisations

Globalement

  • 32.004 projets réalisés soit 91% de l’ensemble
  • 2547 milliards de DA environ 31.8 milliards US $
  • environ 300 000 emplois créés.

Dont étrangers

  • 410 projets d’investissements étrangers réalisés,
  • 803 Milliards de DA soit 1/3 des investissements réalisés.     
  • 42.959 emplois générés pour les étrangers (14%).         

Les investisseurs étrangers optent en général d’abord pour les Secteur des industries (56% en nombre ; 74% en valeurs financières et 57%  en emplois générés)  par rapport à l’ensemble des secteurs d’activité.

Il y a aussi d’autres domaines de prédilection dans les secteurs des Services, du BTPH (soient 38% tout confondus en termes de nombre de projets), des Transports et du Tourisme (5% tout confondus).en emplois générés ces quatre secteurs participent ensemble à raison de 41% par rapport à la structure globale.

Les secteurs les moins loties voire les moins investis par les investisseurs étrangers relèvent de l’Agriculture et de la Santé où les projets se comptent à l’unité.

En résumé, cela traduit à bien des égards le ressentiment général des étrangers à vouloir travailler sur des projets industriels à forte ajoutée et rentable en cycle court  au détriment des projets à rendement long. Agriculture, Tourisme et Santé.

 


Principales caractéristiques
En termes d’évolution

22% des projets sont réalisés en 2009

 

L’évolution par année des investissements réalisés en nombre de projets  sur la période considérée a démarré de 1% en 2002 pour atteindre dans une courbe ascendante un pic de 22% en 2009 et gardant un cap de 11% sur les années consécutives de 2010 et 2011 et enfin terminer sur 6% en 2012.

En valeurs financières et en emplois générés on observe les mêmes tendances évolutives selon les années.

En termes de typologie des projets réalisés

La Création nouvelle représente 59% en termes de nombre de projets, 65 % en volume et 59 % en  emplois réalisés.

 

 

Les investissements réalisés suivent un cheminement logique et coutumier qui place dans l’ordre décroissant et en tête du classement général  les investissements réalisés en « Création » soit pour les 2/3 environ sur tous les paramètres alors que les investissements réalisés en « Extension » occupent presque le 1/3 de la structure globale.

Les investissements de type « Réhabilitation-Extension» et « Réhabilitation » interviennent à raison de  2% chacun et enfin des investissements réalisés en « Restructuration et « Privatisation-Extension » avec des sores négligeables soit moins de 1% par rapport à l’ensemble et ce dans tous les paramètres de mesure.

En résumé, ces données traduisent bien en fait la préférence accordée par les investisseurs pour les investissements neufs voire des extensions au détriment des autres types qui sont plutôt concernés en grande partie  par le secteur public de façon récente suite aux décisions du Gouvernement de réhabiliter certaines filières industrielles  de production stratégiques alors que les privatisations ne semblent pas avoir donné les résultats escomptés.

L’idée récente de lancer le secteur mixte sur des investissements à réaliser entre le secteur public et le secteur privé national semble être une formule plus intéressante pour les deux parties.

En termes de statut juridique

 des projets réalisés sont portés par des entreprises privées

Il est noté une très forte prépondérance du secteur privé aux dépens du secteur public avec 31.638 projets (soit 99%) engrangeant des valeurs financières de l’ordre de 1.378.385 Millions de DA et générant 264.964 emplois.

En revanche le secteur public participe à raison de 328 projets seulement mais marquée tout de même par des valeurs financières importantes de l’ordre de 777 Milliards de DA soit environ la moitié environ du secteur privé car sans doute caractérisé par des grands projets structurants.

Enfin, le secteur mixte avec seulement 38 projets participe également en valeurs financières pour plus de la moitié par rapport au secteur public soit 391 Milliards de DA.

S’agissant des emplois générés par secteur juridique, on relève là aussi les mêmes tendances avec en premier le secteur privé avec 264.964 emplois créés soit 89% dans l’ensemble alors que le secteur public intervient à raison de 31.024 emplois soit 10% et enfin en dernier le secteur mixte génère 3.127 emplois soit 1% seulement

En termes sectoriels

  62 % des montants des investissements sont réalisés dans le secteur de l’Industrie.

 Le classement des investissements réalisés sur la période par secteur montre indéniablement la quasi dominance sur tous les plans (nombre, montant financier, emplois générés)  du secteur des Industries avec respectivement (11% ; 62% et 35%) suivi du secteur des BTPH (18% ; 9% et 34%) et enfin des Services (9% ; 13% et 12%).

Par filières industrielles, il s’agit notamment des Industries Agro-alimentaires de la chimie&Plastique et  des industries du bois &Papier ainsi qu’une reprise des industries textiles et des Cuirs et peaux et enfin Matériaux de Construction et Verre.

L’eau et Energie marquée par les grands projets publics intervient sur de gros montants financiers au même titre que les Télécommunications sur des investissements d’envergure.

  Les Transports, un secteur relativement transfuge et contrasté occupe un nombre élevé de petits projets réalisés (58%) pour des valeurs financières équivalentes au BTPH (9%) et des emplois presque égales au secteur des Services (15%).

Les autres secteurs tels qu’Agriculture, Santé, Tourisme et Commerces participent dans une fourchette de 1 à 2% en nombre de projets réalisés.

Néanmoins, le secteur du Tourisme enregistre une nette évolution dans les montants financiers (55%).

En termes de localisation

 67% des projets d’investissement sont concentrés dans les régions du Nord du Pays

Les investissements réalisés par région montre sur un plan géographique les investissements réalisés que les régions du Nord du Pays (Nord Centre, Nord Est et Nord Ouest) sont plus attractives et ce compte tenu des singularités héritées de l’Aménagement du territoire. Ils concentrent 67% en nombre de projets d’investissements réalisés sur le territoire national.

Cependant les autres régions à savoir les Hauts Plateaux Est et le Sud Est viennent dans une position intermédiaire avec respectivement 11% chacun des projets réalisés.

Les autres régions jadis à la traine, semblent émerger et cela grâce aux efforts continus déployés par les Pouvoirs publics en les dotant des infrastructures et des équipements nécessaires mais également aussi des mesures incitatives prises en leur faveur (Régime dérogatoire des zones) en vue de leur rééquilibrage territorial et économique. Ces régions sont les Hauts Plateaux Centre, les Hauts Plateaux Ouest et du Sud Ouest qui sont affectés de 3 à 4% chacun en termes de projets réalisés.

Le Grand Sud par son étendue et sa spécificité frôle avec moins de 1% en nombre de projets réalisés.

En résumé, on observe les mêmes tendances pour les autres paramètres (Valeurs financières et empois générés)  avec cependant une remarque importante qui consiste à souligner que les régions intérieures sont de plus en plus présentes et ce grâce aux mesures récentes salutaires prises par les Pouvoirs publics (accès au foncier, accès au financement) qui vont rendre dans un moyen terme d’une évolution remarquable des investissements  pour ces régions intermédiaires lorsque ces derniers vont atteindre une masse critique soit 3.000 projets.

En termes de taille

 Les investissements  de moins de 10 Millions de DA occupent la première place avec 65% en termes de nombre de projets et seulement 3% en termes de montants.

En valeurs financières les investissements observent une tendance inversée pour les mêmes classes par rapport à la structure précédente:

-       Classe de moins de 10 Millions de DA : 3%

-       Classe de 10 à 50 millions de DA : 6%

-       Classe 50 à 200 millions de DA : 9%

-       Classe de 200 à 500 Millions de DA : 9%

-       Classe de 500 à 1.500 Millions de DA : 10%

-       Classe de plus de 1.500 Millions de DA : 62%

En emplois générés les scores sont relativement équilibrés avec l’avantage de la classe intermédiaire (50 à 200 Millions DA) qui prend un léger ascendant :

-       Classe de moins de 10 Millions de DA : 12%

-       Classe de 10 à 50 millions de DA : 20%

-       Classe 50 à 200 millions de DA : 25%

-       Classe de 200 à 500 Millions de DA : 19%

-       Classe de 500 à 1.500 Millions de DA : 11%

-       Classe de plus de 1.500 Millions de Da : 13%

En résumé, cela traduit à bien des égards la prépondérance aux TPME et  l’émergence aux PME qui caractérisent les investissements réalisés durant cette longue période d’observation sans toutefois négliger les grands projets per leur poids financier.


Répartition des projets d'investissement réalisés

Selon les années de la période

ANNEES

NOMBRE DE PROJETS

%

MONTANT EN    Millions  DE DA

%

 EMPLOIS

%

2 002

443

1%

67 839

3%

24 092

8%

2 003

1 369

4%

235 944

9%

20 533

7%

2 004

767

2%

200 706

8%

16 446

5%

2 005

777

2%

115 639

5%

17 581

6%

2 006

1 990

6%

319 513

13%

30 463

10%

2 007

4 092

13%

351 165

14%

51 345

17%

2 008

6 375

20%

670 528

26%

51 812

17%

2 009

7 013

22%

229 017

9%

30 425

10%

2 010

3 670

11%

122 521

5%

23 462

8%

2 011

3 628

11%

156 729

6%

24 806

8%

2 012

1 880

6%

77 240

3%

8 150

3%

TOTAL

32 004

100%

2 546 840

100%

299 115

100%

Selon la Situation Juridique

SITUATION JURIDIQUE

NOMBRE DE PROJETS

MONTANT EN    Millions  DE DA

 EMPLOIS

PRIVE

31 638

1 378 385

264 964

PUBLIC

328

777 220

31 024

MIXTE

38

391 235

3 127

TOTAL

32 004

2 546 840

299 115

Selon l’origine des capitaux

Par type d’investissement

TYPE D'INVESTISSEMENT 

NOMBRE DE PROJETS

%

MONTANT EN    Millions  DE DA

%

 EMPLOIS

%

CREATION

18 990

59%

1 651 042

65%

115 033

38%

EXTENSION

12 799

40%

807 705

32%

179 362

60%

REHABILITATION

192

1%

44 364

2%

3 673

1%

REHABILITATION-EXTENSION

20

0%

43 111

2%

777

0%

RESTRUCTURATION

1

0%

2

0%

17

0%

PRIVATISATION -EXTENSION

2

0%

617

0%

253

0%

TOTAL

32 004

100%

2 546 840

100%

299 115

100%

Selon les tranches de montants regroupés

TRANCHE DE MONTANT

NOMBRE DE PROJETS

%

MONTANT EN    Millions  DE DA

%

 EMPLOIS

%

MOINS DE 10 MILLIONS

20 816

65%

89 023

3%

37 210

12%

10 à 50 MILLIONS

7 534

24%

161 261

6%

61 318

20%

50 à 200 MILLIONS

2 466

8%

241 150

9%

73 469

25%

200 à 500 MILLIONS

726

2%

226 995

9%

56 569

19%

500 à 1 500 MILLIONS

308

1%

250 684

10%

31 629

11%

Plus de 1 500 MILLIONS

154

0%

1 577 727

62%

38 920

13%

TOTAL

32 004

100%

2 546 840

100%

299 115

100%

Selon les régions

REGIONS

NOMBRE DE PROJETS

%

MONTANT EN    Millions  DE DA

%

 EMPLOIS

%

NORD CENTRE

13 157

41%

1 035 564

42%

145 017

50%

NORD OUEST

3 804

12%

735 342

30%

39 971

13%

NORD EST

4 723

14%

342 756

13%

41 922

14%

HAUTS PLATEAUX OUEST

931

3%

31 520

1%

7 762

3%

HAUTS PLATEAUX CENTRE

1 369

4%

105 653

4%

9 121

3%

HAUTS PLATEAUX EST

3 317

11%

134 273

5%

26 107

8%

SUD OUEST

942

3%

41 388

2%

3 908

1%

SUD EST

3 617

11%

108 515

4%

23 491

8%

GRAND SUD

144

0%

11 829

0%

1 816

1%

TOTAL

32 004

100%

2 546 840

100%

299 115

100%

Selon les secteurs d’activité

SECTEURS D'ACTIVITE

NOMBRE DE PROJETS

%

MONTANT EN    Millions  DE DA

%

 EMPLOIS

%

TRANSPORTS

18 697

58%

233 667

9%

46 079

15%

BTPH

5 900

18%

226 627

9%

100 991

34%

INDUSTRIES

3 445

11%

1 569 597

62%

103 660

35%

SERVICES

2 844

9%

328 947

13%

35 147

12%

AGRICULTURE

491

2%

23 657

1%

5 139

2%

SANTE

430

1%

25 711

1%

4 582

2%

TOURISME

195

1%

135 595

5%

3 517

1%

COMMERCE

2

0%

3 040

0%

0

0%

TOTAL

32 004

100%

2 546 840

100%

299 115

100%

Répartition des projets d’investissements étrangers réalisés

SECTEURS D'ACTIVITE

NOMBRE DE PROJETS

%

MONTANT EN    Millions DA

%

 EMPLOIS

%

INDUSTRIES

220

56%

599 200

74%

23 450

57%

SERVICES

97

23%

167 118

21%

10 363

24%

BTPH

63

15%

12 082

1%

6 698

14%

TRANSPORT

16

4%

3 991

0%

505

1%

AGRICULTURE

6

1%

887

1%

82

2%

SANTE

5

1%

6 192

0%

737

0%

TOURISME

3

1%

13 587

2%

1 124

1%

TOTAL

410

100%

803 057

100%

42 959

100%


 

 

 

© 2013 ANDI   |   Route Nationale N° 5 Cinq Maisons , Mohammadia Alger   |  Tél : 021 52 20 14 - 021 52 20 15                                                Plan du site